Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Soirée de lancement de saison au TPM

Publié le par Théâtre du Petit Matin

Une soirée chaleureuse et non dénuée de sens ?
C’est le TPM qui redémarre !

 

N’oubliez pas de venir fêter le lancement de saison avec la nouvelle équipe du TPM…

Vous êtes invités et attendus dès 19h, ce vendredi 19 octobre 2012 pour :

Humecter, (re)sentir l’odeur d’un théâtre de proximité,

Rencontrer l’équipe et les artistes de la programmation 2012-2013,

Ecouter, ouvrir vos oreilles pour les textes d’Olivier Domerg,

Faire frémir vos papilles pour le wok de Papis,

Et enfin jeter votre corps sur le dancefloor de Dj Tony S, ambiance soul/jazz/rythm n’blues !


Vos amis vous ont avoué en secret n’avoir jamais mis les pieds au TPM, c’est l’occasion pour vous de leur offrir la chance de se rattraper !!
Nous aimons les nouvelles rencontres !

 

 

RESTAURATION SUR PLACE


Wok (poulet, gambas, végétarien) de Gadio PAPIS et Salima Belhadi concoctés devant vous.
Gaufres confitures et chocolat fondu pour les petits et grands !
Au bar : Cocktail maison et vins.


PROGRAMME 

_ Musique, jeux et surprises pour enfants et adolescents en ouverture de soirée dès 17h30.

_19h30 : Apéritif
- Apéritif et rencontre autour d’un verre avec les compagnies en résidence cette saison au TPM : Alyopa, Entropie, Corps de passage et Maude Buinoud.
- Présentation de l’équipe du Théâtre du Petit Matin.

_20h30 : Lecture-spectacle
- Lecture de Maître en pièce(s) de Jules Vipaldo par Olivier Domerg, poète, en compagnie de Christophe Roque, comédien.

Texte polyphonique, Maître en pièce(s) de Jules Vipaldo est à la fois un cours de poésie contemporaine accéléré et un hommage irrespectueux à l’écrivain Maurice Roche, maître de l'humour noir.
Jules Vipaldo vit et travaille dans le Berry. On le définit souvent comme « pitre, poète du pire, trousseur de fables, malaxeur de vocables, trublion à géométrie variable ».

_A partir de 22h : Soirée Dj
avec Tony S. et sa programmation soul, jazz et rythm n’blues.

Commenter cet article