Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Avril au TPM

Publié le par Théâtre du Petit Matin

montage virgilewebN&B

 

 Jeudi 4, Vendredi 5 et Samedi 6 AVRIL / 20h30 
La récitation du chant I de l'ENEIDE / Cie du Singulier

Traduction : Dominique Buisset / Une proposition de : Miloud Khétib / Avec : Miloud Khétib, Sofy Jordan Collaboration artistique : Marie Vayssière, Pit Goedert / Création lumière : Laurent Coulais
Régie plateau : Kamal Benadi / Administration : Valérie Lefebvre


S'engager tout seul, donc, pour raconter le premier chant d'un des plus grand récit de l'humanité, un voyage à l'envers qui va de l'orient vers l'occident... L' Énéide est un poème narratif, en vers, à multiples rebondissements qui dit l'origine troyenne de Rome. Douze chants splendides dans une langue, celle de Virgile, à la beauté directe qui oblige à un entrainement intensif de la mémoire et de la voix. Ce n'est toutefois pas la performance qui intéresse ici. Ce qui est en jeu, bien plutôt, c'est ce rendez-vous avec ce qui fonde le théâtre, dans sa plus grande simplicité. Jouer de la narration parlée, de la gestuelle et de l'action pour convoquer les présences qui disent vouloir la paix après d'horribles guerres.

Miloud Khétib


Accueil en résidence : Théâtre du Petit Matin / Coproduction : Compagnie du Singulier et Théâtre des Bernardines / Partenariat : Les Bancs Publics / Avec le soutien de la DRAC PACA.

  Tarif   14 eur / 10 eur réduit / 8 eur adhérent       Réservation   04 91 48 98 59

 


 Vendredi 19 AVRIL / 20h30 
Hedda Gabler de Henrik Ibsen / Résidence
 

Mise en scène : Fabien Hintenoch / Collaboration avec l’Université de Provence - Département Art

La mort plane, prête à surgir, un son continu dans nos oreilles. En attendant, il y a toujours quelque chose qui brûle : le futur, les revolvers, le manuscrit, l’enfant. Au jeu du plus fort, il n’y a pas de gagnant : Hedda devient un monstre pitoyable et les autres vomissent d’humanité. Pas de coupable, pas de victime. Ne reste que les contradictions, la violence, les tensions et pour finir en beauté, l’immense brasier laissé par les incendies.
C’est le monde illimité des désirs qui m’intéresse chez Ibsen, et non la description d’un comportement social fin de siècle.

Fabien Hintenoch

 

  Tarif  unique   5 eur     Réservation    04 91 48 98 59

Voir les commentaires