Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sarah Kéryna

Publié le par Théâtre du Petit Matin

Sarah Kéryna

SARAH KÉRYNA
Marseille, le 16 novembre 2009

J’ai un ancrage dans le théâtre de par ma formation de comédienne, et j’écris :
de la poésie, des nouvelles, du théâtre. J’ai rencontré Nicole Yanni au cours
de mes études de théâtre à la faculté des Lettres d’aix-en-provence, où j’ai pu
assister à une mise en espace déambulatoire de « L’excès l’usine »,
de Leslie Kaplan, qui m’avait alors beaucoup marquée.

Nous nous sommes croisées ensuite plusieurs fois, au théâtre du petit-Matin.
La curiosité contagieuse de Nicole, qui accorde une importance toute particulière
aux écritures d’horizons divers, a ouvert pour moi un espace, et m’a fait découvrir
ou entendre autrement : Etty Hillesum, Fabrice Melquiot, Roland Chéneau,
Jacques Roubaud...

J’ai pu assister à des lectures par les auteurs eux-mêmes, et/ ou par des comédiens
professionnels (car le dialogue est une des particularités des propositions faites
dans ce lieu, permettant rythme et circulation). J’ai également entendu des textes
dits par des comédiens amateurs qui les portaient avec une énergie toute communicative.

Cet éclectisme - de corpus de textes, de pratiques, de modes de transmission est un pari,
qui s’inscrit dans une véritable politique de culture pour tous, qui, à mon sens, doit
plus que jamais aujourd’hui continuer.

Un jour, Nicole m’a proposé de lire mes textes dans son théâtre. À l’époque, peu de lieux
sur Marseille ne m’avaient encore invitée. Je garde un souvenir très doux et agréable
de l’accueil qui m’a été fait au théâtre du petit Matin, trois soirs de suite,
dans des conditions d’écoute d’une belle qualité.

Ils sont rares les lieux à Marseille, comme le théâtre du petit-Matin qui proposent
de faire entendre des auteurs vivants contemporains, en accompagnant leurs lectures
d’un échange avec le public. Rares les lieux qui tissent cette interaction entre
le texte et le corps ; entre le texte et la scène.

Rares les lieux qui, sans ostentation, avec la simple envie de faire entendre
des écritures et de les partager, donnent ainsi une tribune à des propositions
exigeantes, débouchant sur un espace de convivialité. Aussi je pense qu’il est
important de soutenir le théâtre du petit Matin, pour permettre à cette singularité
d’exister encore, à de jeunes auteurs de faire entendre leur voix, et au public
de participer à ces échange trop rares dans le paysage marseillais.

Sarah Kéryna - auteur

//////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////


Commenter cet article